Prédications

Prédication du dimanche 17 février 2013 (pasteur François Anglade)

Les Béatitudes, un étrange chemin vers le bonheur

Le thème du Parcours des 40 jours pour aller plus loin c’est la vie chrétienne
à la lumière du royaume de Dieu.
Les neuf béatitudes de l’Évangile selon Matthieu 5, sont un étonnant
chemin vers le bonheur, tout l’évangile y est concentré.
Jésus déclare heureux celui qui a la foi et celui qui oriente sa vie selon
les valeurs de l’Évangile.
Les trois premières déclarations de bonheur s’adressent à des
personnes qui font partie de ceux qui nous sont le plus pénible à
fréquenter, pour nous qui sommes les bien-portants, les nantis, nous
qui sommes pleins de nos connaissances, de la richesse de notre
culture et de notre foi, de nos capacités à rebondir et à faire des plans
et des projets sur l’avenir.
Les pauvres, ici, n’ont rien et ne sont plus capables de rebondir
pour faire des projets d’avenir. Pourtant, lorsqu’ils se tournent vers
l’Éternel, ils sont ceux en qui Dieu trouve sa joie : « Je laisserai au milieu
de toi un peuple pauvre et languissant qui trouvera son refuge dans le nom de
l’Éternel. » (Sophonie 3,12) Avoir la foi, pour les pauvres, c’est trouver
refuge dans le nom de l’Éternel, dans le nom de Jésus qui nous l’a fait
connaître.
Nous avons tellement spiritualisé les mots de pauvre, doux et affligé que
nous ne réalisons plus ce qu’ils signifient. Si bien que, lorsque nous
traversons nous-mêmes des épreuves qui nous amènent dans ces lieux
profonds de la souffrance et de la déréliction, nous avons de la peine
à recevoir toute la consolation qui nous vient des paroles même du
Christ et que nous appelons les Béatitudes.
Les pauvres représentent les êtres opprimés socialement, incapables
de faire respecter leur droits. Ils sont courbés sous le poids de leur
rejet et attendent leur secours de Dieu seul. Ce sont les indigents, les
nécessiteux.
Les doux, et non pas les mous, qualifie ceux qui sont atteints d’une
douleur si forte qu’elle ne peut être cachée. Les doux, selon un
dictionnaire des mots de la Bible, sont ceux qui sont tellement écrasés
par leur souffrance qu’ils n’ont plus la force de réagir. Quant aux
affligés, ce sont ceux que l’on égorge : « Les méchants tirent l’épée, ils
bandent leur arc, pour faire tomber le malheureux et l’affligé, pour égorger ceux
dont la voie est droite. » ( Psaume 37,14)
Or Jésus s’est identifié à ces pauvres-ci ! On le voit souvent
en leur compagnie.
Comme eux, il est sans domicile fixe : « Les renards ont des tanières pour
s’abriter, et les oiseaux ont des nids. Mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit
pour se reposer. » (Matthieu 8,20). Jésus était un «assisté», des femmes
riches pourvoyaient à ses besoins matériels (Luc 8,3). Il s’identifie aux
indigents : « Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger. J’ai eu soif et
vous m’avez donné à boire. J’étais étranger et vous m’avez recueilli, j’étais nu et
vous m’avez vêtu, j’étais malade et vous m’avez visité, j’étais en prison et vous êtes
venus vers moi. » (Matthieu 25,35-36)
Dans sa Passion, tel le serviteur d’Esaïe 53, Jésus partage librement
la souffrance, l’humiliation et la torture. « Car vous connaissez la grâce de
notre Seigneur Jésus-Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était,
afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis. » (II Corinthiens 8,9)
La vie de Jésus, le Christ, a été une vie humiliée, rabaissée au sens
même des déclarations des Béatitudes : Jésus a été rejeté, incompris
même par ses disciples, affligé par la résistance des habitants de
Jérusalem, « homme de douleur » devant l›incrédulité des siens, livré à
la flagellation et à l›ignominie de la croix. Jésus ne se moque pas des
pauvres, il est pauvre avec eux et comme eux. Lorsqu›il proclame
Heureux ! les pauvres, il se déclare lui-même heureux, ouvrant ainsi
la possibilité à tous ceux auxquels il s’est identifié de se déclarer, s’ils
trouvent la foi, heureux à leur tour.
Les béatitudes ne disent pas : « Un jour vous serez heureux, vous les pauvres ».
Bien au contraire, le texte déclare littéralement : « vous êtes heureux vous
les pauvres, ici et maintenant ! » La phrase qui suit cette affirmation est
aussi au présent : « car le royaume des cieux est à eux » (versets 3 et 10). Les
Béatitudes sont une invitation à changer de mentalité une invitation
à la foi !
Déclarer le bonheur des pauvres n’est pas une insulte de la part de
celui qui s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté. Par son
exemple, il nous montre que la plus grande des richesses, le plus grand
des bonheurs n’est pas d’être riche, jeune et bien portant, mais de se
savoir aimé de Dieu et d’être citoyen de son Royaume. Jésus nous
le dit parce qu’il l’a vécu lui-même : les humains les plus misérables
peuvent se convertir et apprendre à remettre leur sort entre les mains
de Celui qui, seul, peut les délivrer de la situation dans laquelle ils
sont. A sa suite, Paul écrit «… attristés, et nous sommes toujours joyeux,
pauvres et nous en enrichissons plusieurs, n’ayant rien, et nous possédons toutes
choses. » (II Corinthiens 6,10)

Tu es malheureux et meurtri, les gens fuient loin de toi, voici quelqu’un
qui veut de toi et qui te déclare : Félicitations ! Tu es pauvre, écrasé
et affligé, j’ai besoin de toi dans mon Royaume, viens t’asseoir à ma
droite et règne avec moi.
Les 9 Béatitudes nous sont données pour que nous sachions toujours
quelle est la source du vrai bonheur.
- dans les trois premières, Jésus révèle à la communauté croyante que
les écrasés, les humiliés et les affligés, sont heureux lorsqu’il trouvent
la foi, la confiance en Dieu et que de grandes promesses sont attachées
à cette foi.
- dans les 6 autres béatitudes, il montre comment la communauté
croyante (l’église) doit agir pour trouver le bonheur.
Avoir faim et soif de justice, c’est être, en toutes circonstances, concerné
par le fait de vivre d’une manière conforme à la volonté de Dieu,
vivre comme Jésus l’a fait lui-même : tourné vers les humiliés, comme
l’indique son programme «L’Esprit du Seigneur est sur moi. Oui, il m’a
choisi pour apporter la Bonne Nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé pour annoncer
aux prisonniers : Vous êtes libres ! et aux aveugles : Vous verrez clair de nouveau !

 

Il m’a envoyé pour libérer ceux qui ne peuvent pas se défendre, pour annoncer :
C’est l’année où vous verrez la bonté du Seigneur !» (Luc 4, 18-19)
Avec l’apôtre Paul, nous savons aussi que cela signifie avoir faim de la
grâce qui justifie et sans laquelle nous sommes perdus. Avoir faim et
soif de justice, c’est avoir faim de cette foi qui nous assure que rien ne
peut nous séparer de l’amour du Christ.
Être miséricordieux, c’est ouvrir son coeur aux autres et poser des gestes
qui soulagent la détresse. La miséricorde de Dieu se manifeste de
deux façons dans les Écritures : Dieu vient au secours de ceux qui
sont dans des situations de grande détresse, et il accorde le pardon à
ceux qui le demandent.
Deux moyens nous sont donc offerts, pour grandir dans la miséricorde :
- l’esprit charitable : « Prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès
la fondation du monde. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu
soif et vous m’avez donné à boire, j’étais étranger et vous m’avez recueilli, j’étais
nu et vous m’avez vêtu, j’étais malade et vous m’avez visité, j’étais en prison et vous
êtes venus vers moi.» (Matthieu 25,34-36)
- l’exercice du pardon : « Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère,
lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis
pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois ! »
(Matthieu 18, 21-22)
Avoir le coeur pur, c’est, pour la Bible, avoir purifié la source de ses
émotions, la source de sa volonté et de son imagination, à la lumière
de l’Évangile. C’est inviter l’Esprit Saint dans sa vie pour éclairer le
temple intérieur de notre être profond. Être pur c’est vivre ce que
Dieu veut. Ce n’est pas ce que nous faisons de mauvais qui nous
souille, mais c’est parce que nous avons un coeur souillé que nous
faisons des choses impures.
Heureux les faiseurs de paix : Ce sont les disciples du Christ qui s’emploient
activement, là où ils vivent, à établir ou rétablir la paix. Cela englobe
aussi les notions d’équité et de justice humaine.
Heureux les persécutés pour la justice :Les disciples du Christ seront
persécutés car le monde rejettera ce programme. On ne peut
conformer notre vie, à la fois, à la mode et au royaume de Dieu.
Souvent dans nos prières nous disons : « Je suis pauvre mais fait que je sois
riche, que tout aille bien... » Les Béatitudes (et les psaumes) nous invitent
à dire à Dieu : « Je suis pauvre mais Tu es mon seul bien ! » (Psaume 16)
Il y a un bonheur immédiat à accueillir sa pauvreté, sa misère et
à vivre comme un disciple du Christ. Alors nous verrons les
promesses de Dieu s’accomplir pour nous...
Tu es et tu seras heureux car le royaume de Dieu est pour toi.
Tu seras consolé. Tu hériteras la terre.
Tu seras rassasié dans ta quête de justice.
Il te seras fait miséricorde, tu verras Dieu.
Tu seras appelé fils ou fille de Dieu !
Le royaume de Dieu est pour toi.
C’est un véritable bonheur d’être un vrai prophète.
Amen.

Prédication du dimanche 9 décembre 2012

Qu'est ce que la vérité ? -3-

Textes bibliques : Jean 14, 15-17 + Jean 15, 26-27 + Jean 16, 12-14 // Jean 18,33-37 // I Jean 3, 16-20

Jean 14 15« Si vous m'aimez, vous obéirez à mes commandements, 16et moi, je prierai le Père. Et il vous donnera quelqu'un d'autre
pour vous aider, quelqu'un qui sera avec vous pour toujours : 17c'est l'Esprit de vérité. En effet, le monde ne peut pas le recevoir,
parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas. Vous, vous connaissez l'Esprit de vérité, parce qu'il reste avec vous, il habite en
vous.18Je ne vous laisserai pas orphelins. (…)
Jean 15 26« Je vais vous envoyer de la part du Père celui qui va vous aider. C'est l'Esprit de vérité qui vient du Père. Quand il
viendra, c'est lui qui sera mon témoin. 27Et vous, vous serez mes témoins, parce que vous avez été avec moi depuis le début. » (…)
Jean 16 12« J'ai encore beaucoup de choses à vous dire. Mais vous n'avez pas la force de les entendre maintenant. 13Quand
l'Esprit de vérité viendra, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, il ne dira pas des choses qui viennent de lui. Mais il
dira tout ce qu'il entendra et il vous annoncera ce qui doit arriver. 14L'Esprit de vérité montrera ma gloire, parce qu'il recevra ce qui
est à moi et il vous l'annoncera.
I Jean 3,18-21 : 16Aimer, qu'est-ce que c'est ? Maintenant, nous le savons : Jésus a donné sa vie pour nous. Donc, nous aussi,
nous devons donner notre vie pour nos frères et nos soeurs. 17Voici un exemple : quelqu'un est riche. Il voit un frère ou une soeur
qui est dans le besoin et il ferme son coeur. Est-ce qu'on peut dire qu'il aime Dieu ? 18Mes enfants, n'aimons pas avec des paroles
et avec de beaux discours, mais avec des actes et en vérité. 19Par là, nous saurons que nous appartenons à la vérité...
Frères et soeurs,
J'ai lu qu'un célèbre prédicateur anglais Thomas Manton, aumônier de Cromwell a prêché au 16e siècle 45 sermons
de suite sur le même chapitre 17 de l'Evangile de Jean... Je vais revenir à nouveau avec vous ce matin sur Jean 18,
mais ce sera pour le moment la 3e et dernière fois (je vous rassure) sur le thème de la vérité...
Ce matin, j'ai aussi fait quelque chose qu'il ne faut pas faire normalement, en rapprochant ainsi plusieurs paroles de
Jésus où il évoque la vérité...
Je vous rappelle ce que nous avons vu ensemble les 2 dimanches passés :
La vérité... un terrain glissant, délicat. Avec la question de Pilate : Qu'est ce que la vérité ?
Selon la Bible, la vérité n'est pas une doctrine – qu'on pourrait comprendre ou posséder. Ce n'est pas une religion, ce
n'est pas le christianisme, c'est encore moins le protestantisme ou le catholicisme (ce n'est aucun -isme), ce n'est pas
la Bible non plus qui est la vérité (NB : ce qui ne veut pas dire que la Bible est fausse, ou que nous ne croyons pas
dans la Parole qu'elle annonce...), c'est Jésus qui est la vérité de Dieu, le oui de Dieu. Mais nous avons vu que cette
vérité ne vient pas en s'imposant, mais en s'incarnant, en prenant corps dans un petit enfant, comme nous en faisons
mémoire à Noël. Dieu vient à nous non pas d'en haut, mais d'en bas.
En choisissant de venir ainsi, Dieu n'annule pas notre liberté, il la respecte et il l'appelle.
Quelles sont les conséquences d'une telle conception de la vérité ? Quelles sont les conséquences pour nous ?
Qu'est ce que cela change dans notre manière de vivre, de comprendre le monde, de nous comprendre nous même
dans le monde ? Comment cette vision de la vérité peut influencer notre vie, ma vie ? Voilà quelques questions que je
voudrais essayer de toucher un peu ce matin...
• Jésus dit « ceux qui appartiennent à la vérité... » - Que veut dire « appartenir à la vérité » ?
Dire que la vérité n'est pas une doctrine mais une personne nous invite à comprendre que la vérité n'est pas d'abord
en nous, qu'elle nous est d'abord extérieure, et même étrangère. On ne peut pas la posséder, la contrôler. Comme le
dit Martin Luther, cette compréhension des choses « nous arrache à nous mêmes, nous établit hors de nous, pour que
nous ne prenions pas appui sur nos forces, notre conscience, nos sens, notre personne, nos expériences, mais pour
que nous prenions appui à l'extérieur, sur la promesse et la vérité de Dieu qui ne peuvent tromper. » 1
Mais on peut entrer en dialogue, en relation avec elle, avec lui Jésus. Pour qu'une relation soit vraie, pour qu'elle reste
vivante, elle est toujours en mouvement, jamais complètement installée. Elle est en mouvement.
Appartenir à la vérité, c'est se comprendre en mouvement, et non pas accroché comme une moule sur un rocher.
Notre identité n'est plus en nous même, elle est à recevoir et en perpétuelle construction. Elle est dans une certaine
fragilité, qui est aussi la condition de sa croissance, de son développement. Elle est dans une interaction sans cesse
renouvelée avec l'Esprit de Vérité, de Jésus, qui vient habiter en nous.
• Cette relation avec Jésus, « appartenir à la vérité » nous rend libre, dit Jésus.
« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. vous connaîtrez la vérité et la vérité vous
rendra libres. » (Jean8,32) Pourquoi ? Parce que cette identité en constante évolution n'est pas ballottée à tout vent...
Elle est stabilisée parce qu'elle nous permet de nous comprendre non pas orphelins, mais enfants, disciples.
Dans la relation avec Jésus, nous sommes libérés de la peur, du non-sens, du désespoir. Mais cette libération est
toujours en marche en nous. Elle grandit en nous. Pas de culpabilité à avoir si nous nous sentons encore saisis par la
peur ou le non-sens, ou le désespoir à certains moments de notre vie. Mais nous ne sommes pas enchaînés, nous ne
sommes pas asservis à cette fatalité. Appartenir à la vérité de Dieu nous rend libre.
1 - Martin Luther, dans Commentaire de l’épître aux Galates, 1535.
• Témoigner de la vérité dans l'amour, par l'amour.
Enfin, et je vais terminer avec cela, il y a un lien entre la vérité et l'amour. Appartenir à la vérité, se laisser habiter,
construire par la vérité de Dieu, par la liberté qu'il veut pour nous, cela nous conduit à une vie différente, une vie dont
le moteur est l'amour, c'est ce que dit l’apôtre Jean dans le passage que nous avons lu.
« L'amour se réjouit de la vérité » dit Paul (I Co 13).
Cet amour ? Pas un amour en guimauve, pas un amour de petit Jésus dans la crèche, pas l'amour gnangnan qu'on
peut reprocher souvent aux chrétiens. Un amour vrai, un amour qui met nos actes en accord avec nos paroles.
Un amour qui bouscule et qui dérange, un amour qui nous fait bouger, et qui fait bouger le monde autour de nous.
Non pas pour notre gloire, ou pour flatter notre orgueil, mais parce que Jésus nous mobilise, nous pousse en avant sur
ce chemin. Non pas un amour de surface, un amour policé, politiquement correct, mais un amour vrai, exigeant,
renversant, pas du light, de l'allégé, mais du vrai, du lourd comme on dit aujourd'hui.
Un amour qui fait de nous des témoins de la vérité, des témoins de celui qui est la vérité de Dieu.
Ce qui peut se produire alors, c'est pas seulement une vague amélioration de notre caractère, un petit geste en plus,
ou un petit chèque en plus, c'est un embrasement... « ce qui se produit quand notre vie se frotte soudainement à la
vérité de Dieu, c'est le choc d’une rencontre, c'est ce que Jésus appelle le Royaume. » 2 Un élan puissant, qui s'anime
en nous par l'action de l'Esprit, qui est ce que la Bible appelle la confiance ou la foi.
Une dernière question : « Qu'est ce qui exige de la foi, de la confiance profonde en Dieu, dans ce que nous vivons
actuellement ? Dans ce que je vis ? » 3 Dans ma vie quotidienne ? Est ce que ma vie ressemble à celle de mon
entourage qui n'est pas croyant ? Est ce que je cherche à vivre le confort ? Ou la confiance ?
Amen
2

Prédication du dimanche 25 novembre 2012

Qu'est ce que la vérité ? -1-

Frères et soeurs,
Avant de lire le texte biblique, nous allons commencer par un petit test : VRAI ou FAUX ?
Cléopatre était une reine égyptienne ?
Vrai. elle a été reine d'Egypte, faux elle était non pas egyptienne mais d'origine grecque puisque descendante de
Ptolémée, général de Alexandre le Grand.
Manger des carottes améliore la vision nocturne ?
Les carottes contiennent du bêta-carotène (appelé aussi "provitamine A") qui est transformé en vitamine A par
l’organisme. La vitamine A est très importante pour le bon fonctionnement des yeux, car elle est utilisée pour
synthétiser certains pigments de l’oeil. Une carence en vitamine A provoque des troubles de la vue, et en
particulier une baisse de la vision nocturne. Vrai - La consommation de carottes peut donc améliorer la vue, mais
seulement pour les personnes qui sont en déficit de vitamine A.
Le jambon d'Aoste vient d'Italie.
Faux. Ce produit industriel est fabriqué en France, dans la commune d’Aoste (Isère), et n’a rien à voir avec la ville
d’Aoste située en Italie. Il n’est réglementé par aucun label ni aucune appellation contrôlée, contrairement au
jambon d’Aoste italien qui est un produit artisanal disponible en faibles quantités.
En voiture, j'ai le droit de passer au feu orange.
Faux. D’après le Code de la route, l’arrêt est obligatoire au feu orange, sauf danger (à 50 km/h sur une route
sèche, il faut environ 30 mètres pour arrêter le véhicule) : Article R412-31 Tout conducteur doit marquer l’arrêt
devant un feu de signalisation jaune fixe, sauf dans le cas où, lors de l’allumage dudit feu, le conducteur ne peut
plus arrêter son véhicule dans des conditions de sécurité suffisantes.
Une pierre jetée dans l'eau coule.
Faux. La pierre ponce flotte sur l’eau. Cette pierre est formée par la lave des volcans. Elle flotte parce qu’elle
contient de nombreuses bulles de gaz, emprisonnées par la lave qui refroidit rapidement.
La vérité de certaines affirmations dépendent du point de vue que l'on adopte, de la prise en compte de la
complexité d'une réalité. Cf la rencontre de la mission présidentielle sur la fin de vie (qui a eu lieu le 24 nov à
Nantes) – les témoignages semblent contradictoires : chacun a réellement vécu ce qu'il raconte, c'est vrai pour lui.
Pourtant, cela ne peut pas devenir vérité pour tous !
Ecoutons la lecture biblique de ce jour :
33Pilate rentra alors dans le palais ; il fit venir Jésus et lui demanda : « Es-tu le roi des Juifs ? » 34Jésus répondit : « Dis-tu cela
parce que tu y as pensé toi-même ou parce que d'autres te l'ont dit de moi ? » 35Pilate répondit : « Suis-je un Juif, moi ? Ceux
de ta nation et les chefs des prêtres t'ont livré à moi ; qu'as-tu donc fait ? » 36Jésus répondit : « Mon royaume n'appartient pas à
ce monde ; si mon royaume appartenait à ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour empêcher qu'on me livre aux
autorités juives. Mais non, mon royaume n'est pas d'ici-bas. » 37Pilate lui dit alors : « Tu es donc roi ? » Jésus répondit : « Tu le
dis : je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité
écoute ce que je dis. » — 38« Qu'est-ce que la vérité ? » lui demanda Pilate. Après ces mots, Pilate alla de nouveau trouver les
Juifs au dehors. Il leur déclara : « Je ne trouve aucune raison de condamner cet homme. Jean 18, 33-38
Qu'est ce que la vérité ?
Aujourd'hui, qd on parle de vérité, il est assez mal vu de prétendre connaître la vérité., et encore plus mal vu de
dire ou de penser que Jésus est la vérité. Croire en une vérité absolue est considéré comme une erreur de
jugement et une faute morale. Une erreur de jugement parce que qui peut dire qu'il y a une vérité absolue. Et une
faute morale parce que cela serait une porte ouverte à l'intolérance et au mépris des autres affirmations qui
seraient contraires. Nous vivons dans un monde auj où le relativisme est devenu, de manière assez contradictoire,
le dogme majoritaire. Et nous pensons souvent que ce relativisme est une sorte de condition nécessaire à la
liberté.
Comment pouvons nous alors comprendre les paroles de Jésus à Pilate ? « Je suis né et je suis venu dans le
monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ce que je dis. » Ce n'est pas la
1e ou la seule fois que Jésus évoque la vérité. A la veille de son arrestation, Jésus dit à ses disciples « Je suis la
vérité, le chemin et la vie... » (Jn 14,6) et avant cela encore, il enseigne ses disciples en disant : « Si vous
demeurez dans ma parole, vous etes vraiment mes disciples. vous connaitrez la vérité et la vérité vous rendra
libres. » (Jean8,32)
Nous aimerions pouvoir croire ces paroles de Jésus, sans que notre position soit perçue comme un jugement ou
une supériorité. Nous sommes dans une impasse.
Une première piste...
Essayons ensemble de réflechir aux lieux communs de la pensée (prête à penser) de notre temps :
Lorsque nous disons « Il n'y a pas de vérité absolue, toute vérité est relative, ce qui est vrai pour moi ne l'est pas
forcément pour toi », en fait nous nous contredisons nous même puisque nous posons une affirmation comme une
vérité qu'il n'y a pas de vérité... C'est comme si nous disions : nous ne tolérerons pas l'intolérance !
Ou encore le fameux « il est interdit d'interdire »... Nous voici dans une impasse de logique, devant un mur de
contradiction.
Lorsque nous disons : « Il n'y a pas de vérité, mais L'essentiel, c'est de croire en qqchose, c'est d'être sincère ». Il
est malheureusement possible d'être sincère et dans l'erreur. Adolf Hitler était sincère et dans l'erreur. Les
terroristes de tout bord sont sincères. Pourtant, ils ont détruit des vies. La sincérité posée comme une norme
absolue n'est pas non plus une issue. Ce n'est pas tout de croire ; mais ce que l'on croit est fondamental, car nos
croyances déterminent notre façon de vivre. Le contenu de nos croyances, de nos convictions est important. S'il y
a une vérité, il est important de la découvrir.
Une 2e piste : Lorsque Jésus pose ces affirmations, il le fait parce qu'il est relié à Dieu, il est connecté à Dieu, tout
rempli de la présence et de l'être de Dieu. Toute son action, toutes ses paroles, tout ce qu'il est et fait a pour but de
refléter le caractère de Dieu. « La vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu ». ce n'est pas une
religion, ou une doctrine qui est la vérité. Ce n'est même pas la religion chrétienne... encore moins le
protestantisme, ou le catholicisme... la vérité est une personne : Jésus Christ.
Comment connaître cette personne ?
Si vous le connaissez déjà, vous pouvez encore approfondir cette relation, cette connaissance qui n'est pas un
savoir intellectuel mais une relation, une amitié vivante.
Si vous ne le connaissez pas bien, prenez le temps de lire les évangiles. Si vous ne l'avez jamais fait, je vous
encourage à prendre du temps dans ces semaines à venir de l'Avent pour relire les evangiles, sans vous arreter au
paragraphe.
Si vous ne connaissez pas Jésus, je vous encourage à vous procurer une Bible, ou un NT. Il y en a à la sortie. Et
lire 1 evangile. Et puis trouvez des amis, des proches, ici dans l'église, des personnes avec qui discuter, avec qui
partager.
A la rentrée, groupes de quartier que nous allons redémarrer...
Prions : ...

Prédication du pasteur François Anglade du 22 décembre à Nantes et du 29 décembre à St Nazaire et St Brévin.

Matthieu 1,20-23

 « Joseph, descendant de David, ne crains pas d’épouser Marie, car c’est par l’action du Saint-Esprit qu’elle attend un enfant. 21  Elle mettra au monde un fils, que tu appelleras Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés. » 22  Tout cela arriva afin que se réalise ce que le Seigneur avait dit par le prophète : 23  « La vierge sera enceinte et mettra au monde un fils, qu’on appellera Emmanuel. » — Ce nom signifie « Dieu est avec nous ». BFC

 

Romains 6,17- 23

17  Rendons grâce à Dieu : vous étiez esclaves du péché, mais vous avez obéi de tout votre cœur à l’enseignement commun auquel vous avez été confiés ;

18  libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.

19  J’emploie des mots tout humains, adaptés à votre faiblesse. De même que vous avez mis vos membres comme esclaves au service de l’impureté et du désordre qui conduisent à la révolte contre Dieu, mettez-les maintenant comme esclaves au service de la justice qui conduit à la sanctification.

20  Lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. 21  Quels fruits portiez-vous donc alors ? Aujourd’hui vous en avez honte, car leur aboutissement, c’est la mort.

22  Mais maintenant, libérés du péché et devenus esclaves de Dieu, vous portez les fruits qui conduisent à la sanctification, et leur aboutissement, c’est la vie éternelle. 23  Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ, notre Seigneur. (tob)

 

Colossiens 3:10

- vous avez revêtu l’homme nouveau, celui qui, pour accéder à la connaissance, ne cesse d’être renouvelé à l’image de son créateur ; BFC

 

–-------------------------------------

 

Pourquoi Jésus est-il venu sur la terre ?

Et si c'était tout simplement pour nous apprendre ce qu'est un être humain

et nous permettre de le devenir enfin ?

 

lorsque que Pilate livre Jésus à ses adversaires pour qu'ils le condamne à mort il dit  selon St Jean

« Voici l'homme » « idou ho anthrôpos ».

Parole traduite en latin devenue célèbre « ecce homo »

 

- « Jésus est l'homme véritable comme nul homme ne peut l'être par lui-même »  écrivirent les auteurs de la confession de foi dite de Montpellier

 

David était ému en pensant à la petitesse de l'homme

face à l'intérêt que Dieu lui portait

« qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui ? » ps 8

 

Voici « l'homme » de peu inférieur aux anges, dit la prédication aux hébreux ! Savons-nous qui nous sommes ?

 

Les Ecritures nous disent que nous sommes

« créés à l'image et à la ressemblance de Dieu » Genèse 1

 

Image et ressemblance de Dieu et POURTANT marqués par la mort

pourquoi les humains meurent-ils ?

Ils meurent ;

Pour s'être séparés de Dieu, pour avoir voulu se faire l'égal de Dieu.

Pour ne pas avoir su garder l'équilibre de leur statut d'êtres créés :

- à la fois libres et soumis,

- unis à Dieu dans une relation d'amour et de confiance.

 

L'humanité a voulu se faire l'égale de Dieu en décidant elle-même de ce qui est bon et de ce qui est mauvais,

elle a revendiqué un statut d'autonomie, d'être à elle-même sa propre loi.

 

En faisant cela elle s'est privée de sa relation à Dieu

elle s'est coupée de la source de la vie.

Psaumes 36:9 (36:10) C’est chez toi qu’est la source de la vie, c’est ta lumière qui éclaire notre vie.(tob)

 

Dieu qui connaît le cœur de l'homme ne se fait aucune illusion sur sa situation.

Lorsque Noé apporte son offrande à Dieu après la fin du déluge pour avoir été sauvé lui et sa famille, nous lisons :

Genèse 8:21 ..., dès leur jeunesse ils n’ont au cœur que de mauvais penchants. » (BFC)

 

Le prophète Jérémie avait fait une expérience semblable,

ce sont les paroles de Dieu qui viennent à lui :

Jérémie 17:9 Fourbes plus que tout sont les pensées, incorrigibles, qui peut les connaître ? (tob)

 

Au psaume 14  réfléchissant sur le sort injuste supporté par les pauvres, David nous a laissé ces paroles :   ... Les fous se disent : « Il n’y a pas de Dieu ! » Corrompus, ils ont commis des horreurs ; aucun n’agit bien.2  Du haut du ciel, le Seigneur se penche pour observer les humains, pour voir s’il y a quelqu’un d’intelligent qui se tourne vers lui. 3  Tous ont quitté le bon chemin, tous sans exception sont corrompus. Aucun n’agit comme il faut, pas même un seul.

 

Nous savons que l'apôtre Paul en Romains 2 entrouvre la possibilité que l'homme sans dieu puisse chercher ce qui est juste,

de même le peuple élu auquel Dieu a donné la LOI

mais il referme aussitôt la porte au chpaitre 3 en citant précisément ce ps 14.

Avoir une bonne moralité ce n'est pas déjà être juste au sens des Ecritures.

Car être juste c'est connaître Dieu et le Christ et faire ce que Dieu demande.

 

Finalement comme l'ont écrit nos pères de la Réforme :

l'humain est « enclin au mal et incapable d'aucun bien » (comme on le confessait encore il y a trente ans dans nos assemblées, priant à l'aide de la liturgie de 1963.)

 

Pour autant, nous l'avons lu en Romains 6 Paul rends grâce à Dieu par ce que l'homme marqué par le péché, en a été libéré par la foi au Christ :

 LE BUT DE L'APÔTRE N'EST PAS DE MORTIFIER SES AUDITEURS

MAIS DE RENDRE GRÂCE A DIEU CAR SI L'HUMANITE EST MORTE A CAUSE DU PECHE ELLE EST SAUVÉE ET RENOUVELEE PAR LA FOI

 

il faut relire cela :

17  Rendons grâce à Dieu : vous étiez esclaves du péché, ...

23  Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais

le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ, notre Seigneur !

 

Ce don gratuit la Réforme l'a développé principalement sous la forme de la justification : Dieu en JC a déclaré juste le pécheur qui revient à Lui

 c'est à dire se converti.

 

Ce que reprenait en terme très fort notre déclaration de foi de 1938 :

Elle proclame devant la déchéance de l’homme, le salut par grâce, par le moyen de la foi en Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, qui a été livré pour nos offenses et qui est ressuscité pour notre justification;

ces paroles formaient notre communion au message de l'Evangile.

On trouve dans les évangiles une autre manière de comprendre ce thème de la justification,

cela consiste à parler « de la nouvelle naissance ».

Ce qui figure aussi dans notre déclaration de foi :

Pour obéir à sa divine vocation, elle annonce au monde pécheur l’Évangile de la repentance et du pardon, de la nouvelle naissance, de la sainteté et de la vie éternelle.

 

Trop souvent les réformés ont mis l'accent sur ce sujet : la repentance et n'ont pas toujours su prendre la mesure de ce en quoi ils croyaient :

justifiés par la foi nous sommes invité à entrer dans la nouvelle naissance. C'est ce que dénonce Karl A Keller 2001 Labor et fidès in (Calvin mystique)

C'est pourquoi je voudrais terminer mon message par cette bonne nouvelle.

Jésus a été l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde,

c'est à dire qu'unis à Christ par la foi en sa Parole,

Dieu nous donne la possibilité de naître de nouveau, de « devenir des enfants de Dieu » par ce que, par la croix, la séparation causée par le péché a été effacée

Naître de nouveau n'est pas le fruit d'une réflexion,

d'une opinion, ou d'une appartenance à un groupe social particulier,

ni même la conséquence d'un rite ;

C'est l'accueil au plus profond de soi, de la parole de réconciliation dont Dieu nous comble.

Cette Parole venant de Dieu, a un effet intérieur.

Qui n'a pas fait l'expérience de son péché, de sa rupture avec Dieu et avec les autres,

expérience de la dimension destructrice de sa personnalité,

finalement de la mort qui colle à nos baskets

qui n'a pas senti sa détresse, sa misère ne peut pas comprendre ce mouvement de la foi et a du mal à recevoir ce don de Dieu qu'est la nouvelle naissance

par lequel l'humain est rapproché de Dieu par l'accueil de la Bonne Nouvelle de la réconciliation avec Dieu comme source de la vie.

Dieu ne veut pas la mort du pécheur, mais sa vie. (Jérémie 29)

Noël est l'événement qui marque l'humanité de cet amour de Dieu pour elle.

qu'est-ce donc l'homme pour que tu penses à lui ?

un chemin nouveau a été ouvert,

un chemin est rendu possible

c'est celui de la nouvelle naissance,

Cela passe par la reconnaissance de son impuissance

par l'accueil du pardon de Dieu

malgré le mal pratiqué le Père est là qui nous tend les bras,

lorsque nous acceptons d'être visité par cet amour, une vie nouvelle nous est donnée.

La foi c'est ce mouvement intérieur qui part d'un cœur,

brisé par la parole de vérité

et qui accueille la Parole qui donne la vie.

 

Le Christ a été l'homme véritable comme nul homme ne peut l'être par lui-même

il était en communion avec Dieu

c'est par sa communion avec Dieu qu'il a résisté aux tentations dans le désert

- de se nourrir de sa propre puissance,

- de séduire les foules émerveillées

- et d'utiliser la gloire de Dieu pour sa propre gloriole.

 C'est parce qu'il était relié à la source de la vie qu'il a eu une vie si différente

et dont le récit a marqué 2000 ans d'histoire de l'humanité

 Il y a une intimité à accueillir par la foi cette nouvelle naissance,

Jésus disait à Nicodème venu l'interroger en catimini  Jean 3

 5  … « En vérité, en vérité, je te le dis : nul, s’il ne naît d’eau et d’Esprit, ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.

Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit.

Ne t’étonne pas si je t’ai dit : Il vous faut naître d’en haut. (ToB)

 

(Ici l'eau figure la Parole de Dieu comparée à l'eau en Esaie 55 par exemple.)

 

Cette intimité a une partie visible et publique c'est au moment de la cène

manger un peu de pain, boire un peu de vin,

c'est comme recevoir un baiser de Dieu

et ce moment d'intimité n'est pas sans conséquence dans notre vie.

En effet il nous rapproche de ce jour où Jésus entra librement dans sa passion et s'offrit afin que nous soyons graciés, justifiés,

qu'une nouvelle vie puisse nous être donné afin que nous ne soyons plus esclaves du péché mais serviteur de Dieu.

 

C'est aussi cette parole que nous mettons en oeuvre,

lorsque nous prions, lorsque nous contemplons Dieu dans les Ecritures

 

vivre par l'esprit c'est avoir cette confiance de la relation avec Dieu,

marcher par l'esprit c'est mettre en œuvre notre relation personnelle avec Dieu dans la vie de chaque jour.

Cela est possible, Jésus est la source et l'initiateur de l'homme nouveau.

 

Celui qui croit à son union avec Dieu par la foi est sans cesse renouvelé dans cette foi

C'est sans doute ce que Paul exprimait dans ces versets :

2CO3,17  Car le Seigneur est l’Esprit, et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. 18  Et nous tous qui, le visage dévoilé, reflétons la gloire du Seigneur, nous sommes transfigurés en cette même image, avec une gloire toujours plus grande par le Seigneur, qui est Esprit.

 

Revêtir l'homme nouveau n'est rien d'autre que de croire que Dieu nous a adopté comme sa fille ou son fils et en tirer toutes les conséquences.

Ephésiens 4:23 il vous faut être renouvelés par la transformation spirituelle de votre intelligence 24 et revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans la justice et la sainteté qui viennent de la vérité.

 

Les œuvres de cet homme nouveau reste cachées comme l'écrit l'épître aux

Colossiens 3:

1 Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez ce qui est en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu ;2  c’est en haut qu’est votre but, non sur la terre.

Vous êtes morts, en effet, et votre vie est cachée avec le Christ, en Dieu.

Quand le Christ, votre vie, paraîtra, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.

 

Avec Jésus, le croyant recherche ce qui est en haut :

5 Faites donc mourir ce qui en vous appartient à la terre : débauche, impureté, passion, désir mauvais et cette cupidité, qui est une idolâtrie.

 

La victoire est acquise contre tout ce qui fait notre honte et voudrait nous décourager de devenir ce que nous sommes déjà par la foi,

un enfant nouveau né de Dieu une nouvelle création comme l'a été le fils de Marie que nous fêtons à Noël.

Laissons cet enfant vivre en nous, grandir en nous par la pratique quotidienne de la présence de Dieu ; de l'amour de Dieu dont rien ne pourra nous séparer (Ro 8).

Les marques de son amour auront le dernier mot sur nos révoltes et insoumissions et au jour du Christ mesurant le chemin parcouru pour rentrer à la maison du Père nous apprécierons l'immensité de sa grâce et la transformation  de notre être terrestre en un être céleste rayonnant de la présence de Dieu  cet homme nouveau, créé selon Dieu dans la justice et la sainteté qui viennent de la vérité.

Voir Karl A. Keller 2001

« La tradition réformée n'a pas mesuré à sa juste valeur la plénitude de l'enseignement de Calvin. Aveuglée par la triste litanie calviniste du "né dans le péché, enclin au mal", elle a négligé la splendeur de la divinisation de l'Homme, de la participation à la vie et à l'œuvre du Christ, de l'union mystique, toutes orientations très présentes dans nombre d'écrits du Réformateur. Calvin est un héritier de la grande tradition de la mystique chrétienne, mais il lui donne un élan incontestablement réformé. Même plus, comme le montre cet essai, Calvin lance la Réforme parce qu'il est mystique, et le recentrage de la foi sur la personne du Christ n'est dans ce contexte pas anodin. A lire ce livre, on mesure que le pessimisme calvinien concernant la nature humaine est fondamental pour entrer dans une aventure dont l'issue n'est rien moins que la divinisation de l'être humain.

 Le M.A. avait donné à l'homme un statut tout à fait hétéronome,

les humains devaient se plier à ce que les théologiens disait de l'humanité.

 Entre les deux, entre l'indépendance de ceux qui disent, nous savons bien nous ce qui est bon pour nous

et la soumission à un ordre de pensée extérieure à nous il y a un équilibre

Jésus homme et Dieu à la fois a été cet équilibre.

C'est peut-être un des sens de la double nature du Christ

 

St Paul nous a raconté comment il avait toute son identité dans sa filiation juive, son obéissance stricte à la LOI

et comment ayant découvert en Christ son statut d'enfant de Dieu il a renoncé à tout cela

 avons nous conscience de notre statut d'enfant de Dieu ?

 Comment acquérir ce statut ?

Ce statut se transmet par la PAROLE qu'on entend quand ce qu'on entend vient de la part du Christ.

On devient un enfant de Dieu après qu'on est rencontré un autre enfant de Dieu

on devient enfant de Dieu par contagion, par propagation de bouche à oreilles, de bouches à cœurs.

La parole d'une personne qui est entré dans le statut d'enfant de Dieu

nous rejoint, dans nos interrogations, dans nos faiblesses, dans notre douleur...

elle nous conduit à la source

jésus disait : des fleuves d'eaux vives couleront du sein de celui qui croit.

 Les apôtres ont été réquisitionnés par la parole du Christ

par ce que des fleuves d'amour  de bonté, de vérité de … coulaient du sein de Jésus

à leur tour ils ont réquisitionnés bien des auditeurs.

Jésus nous a montré ce qu'était l'amitié véritable, celle qu'il a développée avec les apôtres

un groupe d'amis ayant un objectif, celui d'annoncer et de vivre les réalités du Royaume de Dieu.

« je ne vous appelle plus serviteurs mais amis »

 la véritable humanité dépasse les frontières culturelles, celle de race de tribu

par ce qu'elle est reconnaissance d'un centre

celui qui est au centre de notre adoration

Dieu le Père de Jésus-Christ,

père de Jésus et notre père

Dieu de Jésus et notre Dieu.